Autor: FüAkBw; Fotos: Bundeswehr

Hamburg, 27.07.2017

Salles de cours modernes : Jeff LaMoe, chef d'état-major du « U.S. Army Combined Arms Center », fait visiter au vice-amiral Stawitzki le Lewis & Clark Center à Fort Leavenworth

Salles de cours modernes : Jeff LaMoe, chef d'état-major du « U.S. Army Combined Arms Center », fait visiter au vice-amiral Stawitzki le Lewis & Clark Center à Fort Leavenworth

Le respect de la tradition : Dans les « Carlisle Barracks », le siège de l'« Army War College », une statue en souvenir de Frédéric le Grand

Le respect de la tradition : Dans les « Carlisle Barracks », le siège de l'« Army War College », une statue en souvenir de Frédéric le Grand

L'amitié transatlantique : Major General Kem remet au vice-amiral Stawitzki une chronique de l'emprise militaire de Leavenworth dans la salle de réunion de la mission de liaison de l'armée de terre allemande

L'amitié transatlantique : Major General Kem remet au vice-amiral Stawitzki une chronique de l'emprise militaire de Leavenworth dans la salle de réunion de la mission de liaison de l'armée de terre allemande

Le vice-amiral Carsten Stawitzki, commandant de la Führungsakademie, lors de sa première visite officielle aux Écoles de guerre partenaires américaines

Soudain, l'Allemagne semble vraiment plus proche que les longues heures d'avion passées au-dessus de l'Atlantique ne laissent présumer. Au Lewis & Clark Center à Fort Leavenworth, le vice-amiral Carsten Stawitzki, commandant de la Führungsakademie de la Bundeswehr, ne s'attendait pas à rencontrer si vite « son chef hiérarchique direct », le chef d'état-major des forces armées fédérales.

En effet, la photo du général Volker Wieker est accrochée dans la salle du Panthéon de l'« U.S. Army Command and General Staff College » (CGSC), juste à côté de celle du général de corps d'armée Jörg Vollmer, chef d'état-major de l'armée de terre. A l'instar de 27 chefs de gouvernement, dont quatre sont encore en fonction, et de nombreux décideurs militaires de haut niveau venant du monde entier, ils ont tous les deux participé, après la Führungsakademie, au stage d'état major de l'armée de terre américain. En ce qui concerne la « professional military education », le CGSC est une des meilleures adresses au monde et coopère avec la Führungsakademie depuis plus de 50 ans.

Raison de plus pour le vice-amiral Stawitzki de consacrer la première semaine des vacances d'été de la Führungsakademie à une visite de ce partenaire : « Depuis le discours de notre ministre de la Défense le 3 novembre dernier et du fait aussi des derniers mois au cours desquels nous avons posé les jalons d’un remaniement de nos formations, je tenais beaucoup à rendre visite à nos partenaires à l'étranger. » A Fort Leavenworth, le programme prévu pour le vice-amiral Stawitzki comporte un entretien avec le « provost » du CGSC, le Major General John S. Kem, une visite à la « School of Advanced Military Studies », une rencontre avec le corps enseignant et les représentants de l'« Army University Press » et bien sûr des tables rondes avec les stagiaires allemands et les personnels d'encadrement.

Un agenda chargé - et typique de sa semaine : En fait, Leavenworth au Kansas est la quatrième étape du vice-amiral Stawitzki aux États-Unis. Les trois jours précédents, le commandant de la Führungsakademie s'est rendu à la « National Defense University » (NDU) à Washington D.C., à l'« Army War College » à Carlisle ainsi qu'au « Naval War College » à Newport pour échanger avec ses homologues américains. Après avoir quitté Fort Leavenworth, il se rend à Montgomery, à l'« Air University » de l'armée de l'air américaine. Le vice-amiral Stawitzki explique que « la formation militaire des cadres supérieurs aux États-Unis est, en de nombreux points, très différente de notre travail ici à la Führungsakademie. Par contre, en d'autres points, nos formations sont très similaires. Ce qui était essentiel pour moi, c'était d'avoir une vue d'ensemble de la manière dont notre partenaire transatlantique prépare son élite dirigeante à ses tâches exigeantes. C'est pourquoi j'ai tenu à rencontrer toutes les composantes militaires. » L'objectif de notre ministre de la Défense étant de faire de la Führungsakademie un think tank stratégique, il est très intéressé de savoir comment l'armée américaine forme ses stratèges militaires et comment les projets de recherche et les publications scientifiques contribuent à la capacité stratégique du pays. « Je trouve de nombreuses idées intéressantes, certes, en termes de capacité stratégique et de mise en réseau avec des experts d'horizons les plus divers, mais aussi d'ordre méthodologique, p. ex. par des “war gamings” au plus haut niveau. »

Ce voyage, planifié à l'origine comme une visite de prise de fonctions du commandant nommé en septembre 2016 auprès des institutions partenaires aux États-Unis, a permis des échanges de vues inspirants, notamment dans ce nouveau contexte de la réorganisation en cours à la Führungsakademie : « Il est vrai que des modèles qui se sont avérés idoines aux États-Unis ne sont pas transposables tels quels à la Führungsakademie. Mais la NDU et les War Colleges ont mis en place des programmes fantastiques, l'échange d'idées a été particulièrement ouvert, qu'il s'agisse des rencontres au niveau de commandement ou avec les personnels des universités. Mes entretiens avec les soldats allemands stationnés dans ces cinq institutions ont complété ma vision des choses. Pas de doute – nous pouvons énormément apprendre les uns des autres. Et j'insiste sur ce qui me tient le plus à coeur : Cette liaison transatlantique et les liens qui nous unissent par-delà l'océan n'ont jamais été aussi forts. » Le vice-amiral Stawitzki est de retour à Hambourg après avoir passé 6 jours aux États-Unis. La plupart des membres de la Führungsakademie profitent encore de leurs vacances d'été bien méritées. Sans plus attendre, lui et son staff se penchent sur le prochain projet : Pour le dernier trimestre 2017, le commandant a planifié de rendre visite aux collèges de défense européens des « Combined Joint European Excercise Partner ».

Cliquez ici pour lire les impressions du vice-amiral Stawitzki sur ses visites aux États-Unis<-