Rédactrice: Christiane Rodenbücher; photos: Katharina Junge

Hambourg, 09.06.2017

 Le général de brigade Thomas Hambach prononce son discours d'adieu

 

Le vice-amiral Carsten Stawitzki avec l'ancien directeur de l'Enseignement, le général de brigade Hambach et le nouveau directeur intérimaire Thießen

 

La musique de Kiel a assuré un cadre musical de cette manifestation

Le général de brigade Hambach et son épouse à la réception

Invités réunis dans la Rotunde pour fêter le départ

Jörn Thießen, successeur et directeur intérimaire



« Exigences » et « défis » : C'est en ces termes que le général de brigade Thomas Hambach décrit les trois années qui viennent de s'écouler. A cette époque, on lui avait demandé de reprendre la fonction de Directeur de l'Enseignement. « Chaque jour, avoir le droit de réfléchir à ce que nous pouvons apporter aux futurs officiers supérieurs et officiers brevetés d'état-major pour les préparer à la suite connue mais aussi inconnue de leur chemin ainsi que sur le meilleur moyen de le leur enseigner ». Le général Hambach a toujours considéré cette activité comme un enrichissement. C'est certes avec un brin de tristesse qu'il quitte Hambourg pour rejoindre Erfurt où il est nommé commandant en second du commandement de logistique de la Bundeswehr. Son successeur est Jörn Thießen, actuel directeur des sciences sociales et politiques, qui va assumer la fonction de directeur de l'Enseignement à titre provisoire.

Engagement personnel

Dans le cadre d'une cérémonie solennelle, le vice-amiral Carsten Stawitzki, commandant de la Führungsakademie, a remercié le général Hambach pour son grand engagement et aussi pour la chaleur humaine et l'investissement personnel qu'il a apportés à cette institution de Hambourg. 150 personnes ont participé à la cérémonie d'adieu. Des représentants de la politique, de l'économie, de la société ainsi que de divers organismes des forces armées sont venus lui dire au revoir.

Remerciements à tous les collaborateurs

Le général Hambach a choisi une citation de Confucius pour son discours d'adieu pour exprimer que son service à la Führungsakademie a été pour lui une source de joie quotidienne : « Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie ». Il précise toutefois que ceci n'a été possible qu'avec l'aide professionnelle des militaires et des personnels, puis ajoute à l'adresse de tous les personnels en guise de remerciements : « Je n'ai pas eu à prendre de décision quant à ce poste, mais si je repars avec des sentiments si positifs, le mérite en revient à vous tous ».

Plus-value dans la formation

En plus de la transmission de savoir, le général Hambach considérait comme une priorité dans la formation d'assurer une plus-value au profit des stagiaires. En effet, en ces temps exigeants et volatiles, donner quelque chose de sa propre expérience avant de laisser partir ces jeunes gens - nos cadres de demain - prendre leur envol a été pour lui une mission essentielle.
 

La sécurité dans l'action

A l'aide des trois mots-clés que sont « pouvoir », « vouloir » et « avoir le droit », il illustre quel type de plus-value la formation à la Führungsakademie devrait donner aux stagiaires : « La notion de « pouvoir » exprime la capacité d'action du chef militaire dans toute situation, aussi imprévue soit-elle, la notion de « vouloir » exprime la volonté d'action ainsi que l'ambition d'engager un développement personnel et la troisième notion de cette trilogie « avoir le droit » signifie que l'officier à la Führungsakademie y trouve le cadre lui permettant de tester sa conception du commandement personnelle. »

Le droit à la culture de l'erreur

Pendant la formation, il s'agit de pouvoir faire aussi des erreurs, explique le général Hambach, cela en fait partie « et le lieu le plus propice n'est-il pas ici, à la Führungsakademie ? » C'est par ces mots que le général Hambach parachève la description de l'objectif de formation de départ qu'il a pu quelque peu modelé dans le cadre de ses fonctions à la Führungsakademie. Il ajoute encore une question qui, pour lui, conserve toute sa validité jusqu'à ce jour pour la fonction notamment d'un officier breveté d'état-major : Comment pouvons-nous transmettre le commandement au sens de notre « Innere Führung », cette conception véritablement unique de la formation morale et civique ?

Créativité et responsabilité

Et il ajoute : « Formuler sa propre intention de telle sorte qu'elle laisse un espace libre propice à la créativité et à la profusion de nouvelles idées » est toujours et encore un défi pour le général Hambach qu'il souhaite aussi transmettre aux stagiaires. « Savoir déléguer une responsabilité, mais savoir aussi l'assumer. Donner confiance, mais devoir aussi la mériter sont les deux côtés d'une médaille. » Avec ses paroles précieuses en guise d'adieu, il a certes jeté un regard sur le passé mais aussi mis le doigt sur les problématiques actuelles de la Führungsakademie. Il a mentionné les conditions exigeantes, qui changent très souvent, et en même temps, il a fait remarquer que tout changement demande du temps.

Critique et richesse des idées

« Avoir accepté la fonction de directeur de l'Enseignement a été simple ou moins simple, mais devoir la quitter me coûte beaucoup plus, » explique le général Hambach et « si je ressens le temps passé ici comme tel, le mérite en revient essentiellement aux personnels de la Führungsakademie, aux directeurs de division d'enseignement, aux professeurs, y compris aux nombreux réservistes. Je vous suis à tous reconnaissant pour l'accueil, pour la sincérité et surtout pour la confiance, pour les paroles et les remarques critiques ainsi que pour l'engagement et la richesse des idées. »

« Une mission pas si simple »

Dans son allocution, le vice-amiral Stawitzki précise que pendant les années où le général Hambach a dirigé l'Enseignement, quelque 200 000 unités d'enseignement ont été dispensées aux militaires de plus 100 nations par une centaine de professeurs et plus de 500 intervenants extérieurs. Le commandant de la Führungsakademie continue en ces termes : « Je tiens à vous exprimer ma plus grande gratitude pour votre travail et votre engagement ; c'est en effet un défi particulier d'exercer cette activité avec le coeur, la raison et la sensibilité qu'elle requiert. » Le commandant félicite le général Hambach pour la boîte à outils remise aux stagiaires mais aussi pour ses méthodes abouties, le conseil critique ainsi que la coopération constructive. « C'est vous qui avez tout initié et fait avancer – merci beaucoup. » Les musiciens de la musique des équipages de la flotte sous la direction du capitaine de frégate Szepanski ont assuré l'encadrement musical de cette cérémonie d'adieux avec des morceaux en majeur et mineur qui ont souligné certes la tristesse du départ, mais aussi les moments joyeux du temps passé et de la prochaine mission.