Autor: Eggo Rettmer; Fotos: Lene Bartel

Hambourg, le 27.09.2018

Le général de division Oliver Kohl passe le commandement de la direction Formation

Le contre-amiral Karsten Schneider fait le bilan des six années passées à la Führungsakademie

Le général de brigade Boris Nannt souhaite la bienvenue au colonel Holger Neumann

Le colonel Holger Neumann et sa famille lors de la réception

 

 

 

 

 

« C’est avec plaisir que je vous confie nos futurs cadres » Tels sont les mots d’accueil du commandant de la Führungsakademie, le général de division Oliver Kohl, adressés au nouveau directeur de la formation, le colonel Holger Neumann. Dans le cadre d’une cérémonie de passation, le général Kohl a remercié chaleureusement l’actuel directeur de la formation, le contre-amiral Karsten Schneider, et confié cette fonction au colonel Neumann.

« A Hambourg on dit Tschüss »

Par un vent fort, l’amiral Schneider fait ses adieux à la Führungsakademie en présence d’environ 250 militaires et 100 invités civils. Depuis 2012, il a contribué de manière décisive à l’organisation de la formation dispensée à la Führungsakademie. « Un tiers des officiers supérieurs actuellement en service dans la Bundeswehr a suivi une formation, une formation continue ou un perfectionnement sous l’amiral Schneider », a constaté le Général Kohl.

« Cela veut dire Au revoir »

Depuis 60 ans, la Führungsakademie de la Bundeswehr prépare ses cadres supérieurs militaires à des fonctions exigeantes au sein des forces armées, de l’OTAN, de l’Union européenne et des Nations Unies. La Führungsakademie a pour mission centrale d’assurer la formation initiale, la formation continue et le perfectionnement d’officiers expérimentés allemands et étrangers.

Formation en évolution

« L’officier breveté d’état-major décide de l'action. Mais cela signifie aussi qu’il lui revient de chercher la faute d’abord chez lui lorsque quelque chose ne fonctionne pas. » Selon le Général Kohl, l’officier breveté d’état-major ne doit jamais perdre de vue l’ensemble : « Vous devez afficher une grande sérénité afin de gagner de la confiance et pouvoir commander, » a été son message concernant la deuxième déclaration.

En 2016, la Führungsakademie s’est vue confier une nouvelle mission élargie. L’Amiral Schneider l’a résumée par ces mots : « Le développement de véritables chefs a la priorité sur la seule transmission de connaissances. » Et il poursuit : « Nous avons organisé l’expertise des enseignants et des apprenants dans un laboratoire d’idées (le German Institute for Defence and Strategic Studies /GIDS) au profit des forces armées allemandes et de ses dirigeants politiques. »

Façonner les changements dans un cadre commun

Cette nouvelle mission implique une modification profonde de la Führungsakademie. A l’avenir, le nouveau directeur de la formation, le colonel BEM Neumann, se chargera de cette évolution en coopération avec le directeur Stratégie et facultés, le général de brigade Boris Nannt. « Avec notre formation, nous assumons en commun la responsabilité pour que nos militaires acquièrent la maîtrise de notre métier », souligne le général de division Kohl.

Le général de brigade Boris Nannt, directeur Stratégie et facultés, connaît le colonel Neumann depuis longtemps et lui souhaite la bienvenue. « Je me réjouis de notre collaboration. Il est important que le développement de nos deux directions soit harmonisé afin que la formation progresse et évolue. »

Dans une ville pleine de beaux souvenirs

Le colonel Neumann a connu la Führungsakademie et découvert Hambourg il y a à peu près 20 ans - et il en est tombé amoureux ! De 2001 à 2003, il a suivi la 46e promotion du stage national supérieur d'état-major. « Pendant ce stage, j’ai fait la connaissance de ma femme à Hambourg » affirme-t-il. Depuis quelques années, il vit avec elle et leurs deux enfants à Berlin.
Après plusieurs affectations, entre autres à Bonn et à Berlin, il a été commandant de la 74e escadre aérienne tactique à Neubourg sur le Danube. Sa dernière fonction a été celle de porte-parole du ministère fédéral de la Défense à Berlin. « Je peux m’appuyer sur mes expériences variées acquises dans la troupe et dans le travail politique et ministériel et je voudrais en faire profiter les futurs officiers brevetés d’état-major. »